C'est leur anniversaire,  Le monde du ciné

Miloš Forman

Nouvelle semaine et nouveau focus, cette fois-ci sur un géant du Cinéma, en la personne de Miloš Forman, qui aurait fêté ce 18 février ses 89 ans.

Miloš Forman naît en 1932 en Tchécoslovaquie. Devenu orphelin lors de la seconde guerre mondiale, il sera élevé avec ses frères par le reste de la famille.

Ses premiers pas dans le monde du Cinéma se feront à l’Académie du Film de Prague (FAMU). Il fera notamment partie de l’équipe d’Alfréd Radok, créateur de la Laterna Magika, une forme de théâtre utilisant entre autre les spécificités du cinéma.
Son passage à la FAMU lui permettra de réaliser plusieurs courts-métrages, avant de se lancer en 1963 avec la réalisation de son premier long-métrage, L’As de pique. Ce premier essai lui permettra de se faire connaître au-delà de son pays et de se pencher sur d’autres projets.
Ses œuvres suivantes, Les Amours d’une blonde (1965) et Au feu, les pompiers ! (1967) vont être déclencheurs d’une suite d’événements important dans la vie du cinéaste.
En effet, le ton de satire sociale qu’il donne à ces films ne vont pas plaire aux autorités, qui désignent les films de Miloš Forman comme « symptôme de la dégénérescence du système socialiste qui sévit en Tchécoslovaquie ». Il se voit alors obligé d’émigrer, un temps à Paris, avant de s’installer à New York, où il deviendra plus tard professeur à l’Université Columbia.

Son premier film américain, Taking Off (1971), une comédie sociale, sera un échec commercial. Il décide alors de se réinventer complétement et réalise en 1975, Vol au dessus d’un nid de coucou. Ce film lui vaudra une reconnaissance internationale ainsi que l’Oscar du meilleur réalisateur.
Il poursuivra ainsi sa carrière entre échecs commerciaux mais succès critique (Hair, 1979 ou Ragtime, 1981) et coup d’éclat pour Amadeus (1984) avec un nouvel Oscar de meilleur réalisateur et plusieurs prix à travers le monde, notamment le César du meilleur film étranger.

Les années 1990 seront marquées par les sorties de deux biopics : Larry Flynt (1996), Ours d’or à Berlin, puis Man on the Moon (1999), Ours d’argent de la meilleure réalisation, inspiré de la vie du comique américain Andy Kaufman.

En 2011, il interprètera l’époux de Catherine Deneuve dans Les Bien-aimés de Christophe Honoré. Ce film marquera alors sa dernière apparition au générique d’un film.

 

Filmographie sélective :

1963 : L’As de pique (Černý Petr)

1965 : Les Amours d’une blonde (Lásky jedné plavovlásky)

1967 : Au feu, les pompiers ! (Hoří, má panenko)

1971 : Taking Off

1975 : Vol au-dessus d’un nid de coucou (One Flew Over the Cuckoo’s Nest)

1979 : Hair

1981 : Ragtime

1984 : Amadeus

1989 : Valmont

1996 : Larry Flynt (The People VS. Larry Flynt)

1999 : Man on the Moon

2006 : Les Fantômes de Goya (Goya’s Ghosts)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *