Le monde du ciné,  Les métiers du cinéma

Le métier de Chef·fe Opérateur·ices

Le·a chef·fe opérateur·ice ou directeur·ice de la photographie, est le·a responsable technique et créatif de l’image.

Cet·te artiste de l’image est l’un·e des plus proche collaborateur·ice du·de la réalisateur·ice, pendant, mais également avant et après le tournage.

En effet, en amont du tournage, le·a chef·fe opérateur·ice se devra d’étudier le scénario afin d’établir un plan de tournage et le découpage du film.
Ensuite, il accompagnera le·a réalisateur·ice lors des repérages des décors et lieux de tournage.
Son travail sera alors d’imaginer le cadre en accord avec le réalisateur, de créer l’éclairage pour retransmettre au mieux les volontés du réalisateur.
Une fois ce travail réalisé il·elle participera à l’estimation des coûts de tournage en définissant les moyens techniques dont il·elle aura besoin : caméra, pellicule, éclairage, optique, réflecteurs, etc…
Cette sélection se fait en fonction des différents paramètres qu’il·elle aura identifiés en amont : tournage intérieur ou extérieur, de jour ou de nuit, composition du cadre, etc…
Son rôle est alors créatif.

Pendant le tournage, le·a chef·fe opérateur·ice sera le·a responsable technique des images.
Il·elle veillera alors à ce que les électricien·ne·s disposent les éclairages de façon à avoir le rendu souhaité.
Il·elle suivra l’équipe de machiniste afin que les mouvements caméra soient respectés.
De même, il·elle dirigera les cadreur·euse·s afin que le cadre choisi et imaginé par le·a réalisateur·ice et lui·elle même soit respecté.
Enfin, le·a chef·fe opérateur·ice se doit également d’avoir un sens pratique de savoir improviser en fonction des consignes qu’il·elle recevra en direct et des imprévus presque inévitables pendant un tournage (changement de cadre de dernière minute, météo capricieuse…).

Après le tournage, le·a directeur·ice de la photographie participera également au montage du film.
Il·elle assurera entre autres l’étalonnage des images, c’est à dire la colorimétrie du film avec un technicien étalonneur. Son travail est alors de superviser l’harmonisation des séquences, leur cohérence esthétique (contraste, luminosité, teinte, etc).

Ainsi, le·a chef·fe opérateur·ice se retrouve sur presque tous les fronts lors du processus de création d’un film : développement, pré-production, tournage, post-production…


Pour finir voici une petite liste de chef·fe·s opérateur·ice·s qui ont su se démarquer de part leur travail et leur créativité :

Roger Deakins :
Les Évadés (The Shawshank Redemption), 1994,Frank Darabont
Kundun, 1997, Martin Scorsese
The Big Lebowski, 1998, Joel et Ethan Coen
L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, 2007, Andrew Dominik
Skyfall (007 Skyfall), 2012, Sam Mendes
Prisoners, 2013, Denis Villeneuve
Blade Runner 2049, 2017, Denis Villeneuve
1917, 2019, Sam Mendes

Harris Savides :
The Game, 1997, David Fincher
The Yards, 1999 James Gray
À la rencontre de Forrester (Finding Forrester), 2000 Gus van Sant
Elephant, 2000, Gus van Sant
Zodiac, 2007, David Fincher
American Gangster, 2007, Ridley Scott
Milk, 2008, Gus van Sant
Whatever Works, 2009, Woody Allen

Somewhere, 2010,  Sofia Coppola

Geoffrey Unsworth :
2001, l’Odyssée de l’espace, 1968, Stanley Kubrick

Le Crime de l’Orient-Express, 1974, Sidney Lumet
Zardoz, 1974, John Boorman
Le Retour de la Panthère rose, 1975, Blake Edwards
Superman, 1978, Richard Donner
La Grande Attaque du train d’or, 1979, Michael Crichton
Tess, 1979, Roman Polanski

source : https://apprendre-le-cinema.fr/le-metier-de-chef-operateur/
wikipedia.fr

Jordan CRONENWETH :
Spéciale Première, 1974, Billy Wilder
Au-delà du réel, 1980, Ken Russell
Blade Runner, 1982, Ridley Scott
Peggy Sue s’est mariée, 1986, Francis Ford Coppola

Emmanuel LUBEZKI :
Uniquement avec ton partenaire (Sólo con tu pareja), 1991, Alfonso Cuarón
Sleepy Hollow, 1999, Tim Burton
Ali, 2001, Michael Mann
Le Nouveau monde (The New World), 2005, Terrence Malick
Les Fils de l’homme (Children of Men), 2006, Alfonso Cuarón
The Tree of Life, 2009, Terrence Malick
Gravity, 2012, Alfonso Cuarón
Birdman, 2014, Alejandro González Iñárritu
The Revenant, 2015, Alejandro González Iñárritu

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *