• Revue de Presse

    PARASITE NOIR ET BLANC – Revue de Presse

    Cahiers du cinéma Parasite, à l’image des chefs-d’œuvre Memories of Murder, The Host et Mother, est un grand film d’angoisse, imprévisible, agité par les névroses et troué d’incertitudes. 20 minutes Parasite est tellement bien troussé qu’on a envie d’y retourner illico, ne serait-ce que pour en analyser les rouages et voir si l’ensemble tient vraiment la route, même quand on connaît les méandres du récit. Ecran Large Une nouvelle fois, le cinéaste vise juste, et avec la Palme d’Or qui l’honore, se paie le luxe d’offrir au 7e Art ainsi qu’à Cannes un ambassadeur aussi exigeant qu’accessible, jubilatoire que redoutable. Réserver vos places en ligne

  • Revue de Presse

    VARSOVIE 83 – Revue de Presse

    Positif *Pour son deuxième long métrage après The Last Family (2016), Jan P. Matuszyński met brillamment à nu les dispositifs de protection avec lesquels le totalitarisme assure sa longévité, tirant le meilleur parti du « petit tas de secrets » que les pions humains égrènent à leur insu. L’Humanité Mais si l’on s’en tient au cinéma, Matuszynski, dans un style très personnel, se rapproche du Ken Loach de Ladybird ou de Moi, Daniel Blake, deux œuvres qui mettent aux prises des personnages avec un système d’État kafkaïen et répressif. France Info Culture Le réalisateur expose des faits, rien que des faits. Sa caméra observatrice est distanciée et le film ne…

  • Revue de Presse

    HIT THE ROAD – Revue de Presse

    Positif Panah Panahi a certes hérité de ses mentors un sens aigu de la composition du cadre, une expertise dans l’euphémisme et le non-dit, et une maîtrise absolue de la direction d’acteurs (notamment d’enfants). Mais le ton burlesque, le dialogue pétaradant, l’intrusion d’un onirisme débridé et le goût pour les intermèdes musicaux font preuve d’une liberté de création rafraîchissante Cahiers du cinéma En s’affirmant comme un jeu, une série de performances pour la caméra, le film suscite des sentiments flamboyants. Dans les passages musicaux, les personnages transcendent leur rôle pour mimer le chant d’un ou d’une autre et se transformer par la danse. L’Obs Ne ratez pas ce beau film…

  • Revue de Presse

    ET J’AIME A LA FUREUR – Revue de Presse

    Libération A travers ce kaléidoscope familier, ressort la conviction que la pellicule, organe sensible, enregistre sur les films amateurs plus que le réel : elle capte le désir, les gestes tendres, la joie et les rêves. Ces petites choses qui n’ont l’air de rien et sont pourtant l’essence de la vie. Positif En exhibant les films tournés dans l’intimité d’une chambre à coucher, en rendant à la vie l’empreinte éphémère des jours heureux, le cinéaste travaille l’air de rien la mémoire qui fout le camp, la cruauté d’un destin contrarié, et l’amour toujours l’amour. Les fiches du cinéma Des bobines de films comme lien familial, dans un amour du cinéma artisanal,…

  • Revue de Presse

    TENOR – Revue de Presse

    Ecran Large Peut-être parce qu’il était sincèrement désireux de filmer ce récit, ou tout simplement parce qu’il essaie toujours de poser son récit en se basant sur une grammaire de cinéma signifiante, Zidi Jr. réussit à rendre son déroulé toujours ludique, fluide, enlevé. 20 minutes Ce film généreux balaye bien des idées reçues en célébrant la musique. L’Obs Michèle Laroque excelle dans le rôle d’une aristocrate lyrique et MB14, rappeur reconnu, ne se contente pas de jouer les beaux mecs à la cool, il prouve un talent d’acteur convaincant. Jolie surprise. Réserver vos places en ligne

  • Revue de Presse

    ELLE ET LUI – Revue de Presse

    CYCLE REMBOBINE Le Point Génie du casting (Cary Grant et Deborah Kerr), insolence des dialogues, précision de la mise en scène, douce mélancolie et énergie diabolique : dans Elle et lui, tout fonctionne avec une grâce imparable. Un chef-d’oeuvre, rien de moins. Critikat McCarey (…) confère, par l’utilisation subtile du Cinémascope et des couleurs, une douce flamboyance à la rencontre drôle et émouvante entre Cary Grant et Deborah Kerr. Préparez vos mouchoirs (en dentelle, de préférence). Réserver vos places en ligne

  • Revue de Presse

    C’EST MAGIC : TOUT FEU TOUT FLAMME

    Le Nouvel Observateur Un film d’animation qui pétille de couleurs, d’idées de mise en scène, où l’humour est servi brûlant. Les fiches du cinéma Porté par une réalisation et une bande-son de bonne facture, les aventures de ce petit dragon seront parfaites pour les plus jeunes. Télérama La production du studio britannique Magic Light Pictures (Le Gruffalo) met en scène l’apprentissage d’un dragon et l’émancipation d’une princesse. S’y retrouvent les grandes qualités maison (superbe animation numérique, avec effet pâte à modeler) ainsi que les petits défaut, telle la voix off en rimes un peu appuyée. Réserver vos places en ligne

  • Revue de Presse

    C’EST MAGIC : A LA BAGUETTE !

    Le Monde De superbes couleurs, une animation expressive, des personnages irrésistibles de drôlerie, un joli message de solidarité : tous les arguments sont réunis pour que petits et grands se laissent ensorceler par ses aventures ébouriffantes 20 minutes Un délice familial fort recommandable pour les plus jeunes cinéphiles et leurs parents. France Info Culture Quelle délicieuse petite parenthèse, que ces 50 minutes passées avec « La Sorcière dans les Airs » et « Monsieur bout-de-bois » ! Ce joli moment de poésie, tout en rimes et en délicatesse, ponctué d’un humour fin comme un met délicat, se déguste et se savoure. Réserver vos places en ligne

  • Revue de Presse

    C’EST MAGIC : DE PERE EN FILS – Revue de Presse

    Le Croix Le mélange d’animation en volume et par ordinateur rend vibrantes les expressions du moindre personnage et semble animer chaque recoin de la forêt. (…) Une vraie réussite. 20 minutes Fille ou garçon, « Le Petit Gruffalo » donne des envies de marches dans la neige, puis de câlins au coin du feu avec sa progéniture. Courez vite le découvrir en famille. Ouest France Une histoire toute simple, un peu d’humour et un cadre enchanteur, la recette d’un divertissement primé dans tous les festivals spécialisés. Réserver vos places en ligne

  • Uncategorized

    LE GRAND JOUR DU LIEVRE – Revue de Presse

    Télérama Cette collection de courts-métrages prouvent, à nouveau, la vituosité du studio letton AB, spécialisé dans l’animation de marionnettes image par image. Ses créateurs donnent vie à l’inanimé comme dans Le Grain de poussière, de Dace Riduze (2018), où le mélange de stop-motion et de prises de vues réelles engendre une vraie magie. Réserver vos places en ligne